WALLIS
IN FRAGE

Haben Sie eine Frage zum Wallis ? Stellen Sie sie den Fachleuten. Die Mediathek Wallis verfügt in ihren Beständen fast alle Publikationen zum Thema Wallis oder von Walliser Autoren. Ihre Frage wird innert 72 Stunden beantwortet (Wochenende und Feiertage ausgenommen).

Banneret, capitaine, lieutenant

Gepostet von Alain ZUBER 26.08.2010 15:30
Bonjour,
Je rencontre dans les registres paroissiaux ou textes notariés des XVII et XVIII è siècles des villageois qualifiés de : banneret, capitaine ou lieutenant.
Qui sont-ils, comment accèdent-ils à leur charge, quels sont leurs pouvoirs …?
Par avance merci et boone journée. AZ

Bonjour, 

Notre réponse vous donne quelques indications d’ordre général à ce propos ainsi que des renvois vers différents ouvrages que vous connaissez sans doute.

Votre demande relève plus spécifiquement d’une pratique de la consultation d’archives d’Ancien Régime, et mériterait d’être plus détaillée en ce qui concerne les régions que vous étudiez. Afin d’obtenir des informations plus précises correspondant au niveau de votre recherche, nous vous laissons contacter le personnel qualifié des Archives de l’Etat du Valais.    

D’après le Dictionnaire Historique de la Suisse, le banneret (Bannerherr) des dizains valaisans est un chef militaire. D’une manière générale en Suisse, il s’agirait d’abord du porte-drapeau d’une ville, d’un quartier, d’une région, etc. Le banneret est ensuite responsable des affaires militaires, le commandant des troupes et siège au conseil de guerre.

Le Capitaine du pays (Landeshauptmann) est une autre appellation pour le Grand Bailli, traduction littérale de l’allemand. A l’origine il s’agissait d’une charge militaire, apparut au XIVe siècle, alors que le Valais était en guerre contre la Savoie. Il est également à cette époque lieutenant laïc, ou "ballivus" de l’évêque. Les baillis sont alors appelés par exemple capitaneus generalis terre Vallesii  pour Guichard de Rarogne en 1391.

Au fil du temps ses fonctions de lieutenant épiscopal se réduisent. Au contraire, ses charges auprès des dizains lui octroient davantage de pouvoir.

Au XVII et XVIIIe siècles, son autorité est large. Il dirige les relations avec les autres Etats, convoque la Diète, préside à l’élection de l’Evêque.

L’origine des baillis est très variée : riches et moins riches, nobles et notables, mais aussi juristes, marchands, grands paysans. Ils viennent toutefois principalement du Haut-Valais, mais pas du Lötschental.

Le Lieutenant (Statthalter) est un vice-grand-bailli, et donc lieutenant du Bailli. Il est initialement nommé par  la ville de Sion (jusqu’en 1645). La règle établie était que si le Grand Bailli venait d’un village en haut de la Raspille son Lieutenant devait venir d’un village en bas, et vice-versa.

Orientation bibliographique

Avec nos meilleures salutations

La Médiathèque Valais

Zurück
Vous êtes ici > Bereits gestellte Fragen > Banneret, capitaine, lieutenant