WALLIS
IN FRAGE

Haben Sie eine Frage zum Wallis ? Stellen Sie sie den Fachleuten. Die Mediathek Wallis verfügt in ihren Beständen fast alle Publikationen zum Thema Wallis oder von Walliser Autoren. Ihre Frage wird innert 72 Stunden beantwortet (Wochenende und Feiertage ausgenommen).

Eschasseriaux

Posté le 03.03.2015 14:26
Les « Editions à la Carte » de Sierre ont réédité en 2007 (ISBN 978-2-88464-779-3) la « Lettre sur le Valais » de M. Eschasseriaux en précisant « Texte reproduit à partir de l’original de 1806 ».

Page 98, l’auteur signale un orgue à l’hospice du Grand-Saint-Bernard (et s’étonne de la présence d’un tel instrument en un pareil lieu). Or, j’ai la preuve que l’orgue n’a pas pu résonner sous les voûtes du sanctuaire avant 1809 (l’orgue est d’ailleurs daté de 1812).

Je cherche une preuve irréfutable, autre que la date figurant sur l’original, que l’opuscule a bien été édité en 1806, et ce en ses deux parties (on pourrait imaginer que seule la première, jusqu’à la page 45, remonte effectivement à 1806).

Bonjour,

 

Il n'y a malheureusement aucune preuve que l'opuscule de M. Eschasseriaux ait été écrite en deux partie, dont l'une serait postérieure à 1806, puisque la seule indication datée est celle de l'éditeur qui donne effectivement 1806 comme date d'édition de l'ouvrage en question. Si vous voulez jeter un coup d'œil à l'original de 1806, il se trouve en ligne à l'adresse http://doc.rero.ch/record/17685?ln=fr

 

Il est cependant possible, à la lecture du passage incriminé, que l'auteur ne s'étonne non de la présence de l'orgue en ces lieux, mais de la présence de l'hospice à cet endroit: "À voir célébrer l'office, on eût dit que nous étions dans une petite cathédrale; on commence le Te Deum. La présence de ce temple sur un des points les plus élevés du globe, dans le silence du désert, l'appareil de la religion déployé dans ces lieux sauvages, la vue de ces hommes dévoués, au milieu des rigueurs de la nature, à secourir leurs semblables, le culte de la divinité confondu, dans cet asyle, avec celui de l'humanité, le bruit des cloches retentissant dans la solitude des rochers, le son mélodieux de l'orgue qui accompagnoit la cérémonie, l'air attendrissant de l'hymne sacrée, l'impression de ces divers objets, nous fit éprouver une si douce et si vive émotion, qu'il me seroit ici difficile de la rendre."

Si votre découverte est effectivement irréfutable, il est possible d'imaginer que soit M. Eschasseriaux se serait trompé, soit qu'il serait possible qu'un premier orgue existait avant 1806, lors du passage de M. Eschasseriaux, qui n'est pas celui sur lequel vous avez travaillé... hypothèse qui demande bien sûr aussi à être vérifiée.

 

Afin de poursuivre vos recherches, vous pouvez vous adresser aux Archives de l'Etat du Valais (vous pouvez contacter à ce sujet Denis Reynard à l'adresse courriel ) qui, si je ne me trompe, possèdent quelques documents de M. Eschasseriaux. Vous pouvez aussi vous adresser directement aux Chanoines du Grand-St-Bernard, qui sont encore en possession de leurs archives - et qui devrait posséder, avec un peu de chance, des documents attestant ne serait-ce que des commandes, payements et livraisons des orgues.

 

Avec nos meilleures salutations,

La Médiathèque Valais

 

Zurück
Vous êtes ici > Bereits gestellte Fragen > Eschasseriaux