WALLIS
IN FRAGE

Haben Sie eine Frage zum Wallis ? Stellen Sie sie den Fachleuten. Die Mediathek Wallis verfügt in ihren Beständen fast alle Publikationen zum Thema Wallis oder von Walliser Autoren. Ihre Frage wird innert 72 Stunden beantwortet (Wochenende und Feiertage ausgenommen).

Timbre antituberculeux

Gepostet von Bettina Kreissl Lonfat 09.12.2015 14:46
Est-ce que la taxe sur les billets (ancien tampon de la lutte contre la tuberculose) existe-t-elle encore?

Bonjour,

Le timbre antituberculeux  est  un timbre annuel, le plus souvent sans valeur postale ;
national, il est adapté à chaque pays ;
unique, c'est le même modèle qui est diffusé sur tous les points d'un territoire national ;
et, tous les ans, il donne lieu à une campagne de propagande intensive et de durée limitée.

Son objectif est double, financier et éducatif. Financier : il a servi (et sert encore dans certains pays) de moteur, de soutien et/ou d'appoint aux programmes gouvernementaux de lutte contre la tuberculose. Educatif, il a pour « mission » d'instruire le public sur les caractères de la maladie, de l'informer sur la nécessité de la prévention et de l'éducation afin d'orienter les comportements en ce sens. Ainsi, depuis son invention en 1904 au Danemark, c'est comme instrument d'éducation socio-sanitaire que le timbre antituberculeux s'est déterminé en France en particulier.

Selon la revue médicale suisse : « La Suisse n’était pas en reste : en 1903, naissait la Commission centrale suisse contre la tuberculose qui deviendra, par la suite, l’Association suisse contre la tuberculose, avec deux sections, une section sociale et une section scientifique. L’Association suisse contre la tuberculose n’a jamais édité de Timbre Antituberculeux, car celle-ci est réservée depuis les années 1930 à l’organisation Pro Juventute. Pro Juventute vendait ses timbres pendant tout les mois de décembre et le jour de la Fête nationale (le 1er août).

Très vite, les autorités avaient saisi que pour lutter efficacement contre la tuberculose, il ne fallait pas se reposer uniquement sur une structure hospitalière, mais sur une structure de santé publique. Pour ce faire, sous l’inspiration du médecin cantonal de l’époque, le Dr Calpini, et du Conseiller d’Etat Schnyder, le gouvernement a créé un système astucieux de financement, le fonds cantonal pour la lutte contre la tuberculose, alimenté par un droit de timbre prélevé sur différents actes administratifs, comme par exemple la patente de vente d’alcool ou les actes soumis à l’enregistrement du registre foncier. D’emblée, la loi prévoit la gestion de ce fonds par la Ligue valaisanne. Il différait du timbre couramment utilisé qui se basait sur la générosité du public. »

L’Association suisse contre la tuberculose a soutenu le développement des différentes ligues cantonales, y compris les ligues régionales valaisannes. En 1941, le gouvernement valaisan inaugurait le Sanatorium valaisan contre la tuberculose ; en 1951, il créait la Ligue valaisanne pour la lutte contre la tuberculose.
En France, cette pratique est encore courante.

Pour de plus amples informations, nous vous invitons à consulter les ouvrages cités ci-dessous.

Meilleures salutations,

La Médiathèque Valais


Orientations bibliographiques

 

Zurück
Vous êtes ici > Bereits gestellte Fragen > Timbre antituberculeux